Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 13:27

Horizon éclairé, bleu profond, outre-mer,

Lande de sables fins sur la laisse de mer,

Ton corps est mon refuge. Algues et coquillages,

À la frange des eaux, comme autant de feuillages

En lissent la frontière. En cet enclos fleuré,

Errance de mes doigts sur ton ventre moiré.

Amant Énamouré, je savoure la sève

De chacun de tes fruits épandus sur la grève.

La vague prend naissance aux creusets de tes reins.

J’effleure de tes seins les bourgeons purpurins.

Cristaux épars, le sel, sur ta peau, s’éparpille.

Aux balcons de tes yeux mon désir s’estampille.

Ballotté, cajolé par tes flancs indomptés,

Au puits des voluptés, je muse à pas comptés.

Perle dans un écrin de velours et d’hermine,

L’huitre de ton sexe, au toucher, s’enlumine.

Sur mes sens, le plaisir affûte son couteau.

Sous mon glaive tendu s’entrouvre ton château,

Une gangue de feu m’y retient en otage ;

L’extase me saisit, le brassier se propage…

Partager cet article

Repost0

commentaires

flipperine 25/01/2016 17:55

quel beau poème