Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:16

Comme l’oiseau blessé claudique sur une aile

Et s’échine à roder sous la voûte éternelle,

Au lieu de s’envoler, Ils marchent en boitant

Sur ces chemins pétrés qui bordent le néant…

 

Ceux que la mer emporte en son sein d’écume

Déportent avec eux la peur et l’amertume,

Ils ont le cœur qui tremble à chaque bruit de pas

Et portent dans leurs yeux l’annonce du trépas… 

 

Ils ont défié la mer pour passer la frontière,

Longuement dérivé, vogué vers la lumière

Ils ont franchi la mer pour conjurer le sort

Au bout de l’espérance, ils ont trouvé la mort…  

 

 Ceux que la vague enchaîne et rejette au rivage 

Sont des enfants perdus sans forme ni visage,

Cloîtrés dans nos maisons nous oublions leur nom

Et les laissons périr sans demander pardon…

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Les migrants...
commenter cet article

commentaires