Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 12:19

Paysan sans fusil, enfermé dans ma cave,

Je vous en fais l’aveu, je ne suis pas un brave.

Lorsque j’ai vu la mort à ma porte toquer,

Terrassé par la peur, j’ai très vite abdiqué…

 

Le pantalon mouillé, les jambes flageolantes,

Cœur transi, dos courbé, l‘âme et les mains tremblantes,

Sans combattre vaincu, comme le font les laquais,

J’ai fait vœu d’allégeance à tous ces détraqués…

 

Gare à qui bouge un cil ou bien n’est pas servile.

Brisant toute espérance, ils ont soumis la ville,

Menacés ma famille, accaparés mon bien,

Régnant par la terreur, leur Dieu n’est pas le mien !...

 

Je les ai vus tuer les yeux brûlants de haine

Alors, comme j’ai pu, j’ai fui cette géhenne

Et me suis embarqué sur une coque de noix ;

Pour espérer survivre avais-je d’autres choix ?...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires