Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 14:18

À l’heure, où mon cœur, nostalgique, lambine
Sous un souffle de vent versatile et taquin,
Sur les pavés mouillés, le long de la robine,
Cotonneuse, la nuit étend son baldaquin….

Diaphanes clartés, sous de vieux réverbères,
Des elfes nébuleux lutinent chagrinés.
Le long des parapets, improbables cerbères,
Barques et coches d’eau sommeillent enchaînés….

Sur les quais désertés, seuls des bruissements d’ombres,
Tels de furtifs soupirs, ondoient, évanescents.
Ils glissent sous les ponts inquiétants et sombres
Où semblent sangloter des flux opalescents…

Entre deux eaux, je rode et flotte funambule.
Sibylline présence, au pourtour d’un rocher,
Près d’un bosquet de fleurs danse une libellule ;
Nuées de sable, au loin, minuit sonne au clocher…

En maints miroirs brisés le temps se cristallise.
Il pleut mon âme, il pleut des larmes de grésil.
Sans rimmel ni fard, ce soir la lune est grise ;
Je ne sais d’où me vient ce sentiment d’exil….

Partager cet article

Repost0

commentaires