Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 07:33

 

Il n’est point de lumière où l’ombre ne lui pas.

De prismes fragmentés, nimbés de reflets moires,

Taciturne clarté, soleil de mes nuits noires,

Tu hanteras les jours à chacun de mes pas…

 

Pétri par le métal rude d’un spleen profond, 

Le mal vivre m’étreint et mon humeur est sombre.

J’ai beau avoir perdu la clef qui mène au nombre

D’or et tourner en rond sous un morne plafond,

Dans ma tête, une voix chantonne à cappella

Un couplet d’espérance et le temps se fragmente.

Dans la clarté jaunâtre où mon cœur se lamente,

Estampée, à toute heure, une présence est là…

 

Il n’est point de lumière où l’ombre ne lui pas.

De prismes fragmentés, nimbés de reflets moires,

Taciturne clarté, soleil de mes nuits noires,

Tu hanteras les jours à chacun de mes pas…

 

    Tenace souvenir d’un amour sublimé,

Ondulante et mouvante, au creux du vague à l’âme,

Insoumise, demeure une petite flamme ;

Rien ne lasse jamais tout subsiste imprimé…

Et même, si lointaine, elle semble ignorer

Mes tendres sentiments, ma mémoire en est pleine. 

Et même si je sais que toute attente est vaine,

Je ne peux m’empêcher, elle, de l’adorer…

 

Il n’est point de lumière où l’ombre ne lui pas.

De prismes fragmentés, nimbés de reflets moires,

Taciturne clarté, soleil de mes nuits noires,

Tu hanteras les jours à chacun de mes pas…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe Lemoine - dans Intime confidence...
commenter cet article

commentaires