Présentation

Recommander

Recherche

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Texte Libre

Derniers Commentaires

Syndication

  • Flux RSS des articles

Poussière d'Oxygène

Dimanche 10 mai 2009 7 10 /05 /Mai /2009 02:10


De l’œuvre ne pouvant retranscrire l’emblème,

Le désir fait son nid toujours à notre insu,

Que cherchons nous en lui que nous n’ayons perçu,

La chose qui rassure ou la clé du dilemme…?

 

Flétrissant nos esprits demeure le problème,

Incapables de voir le peu déjà reçu,

Comment se regarder autrement que déçu,

Sans cesse confronter au doute le front blême… ?

 

Cependant qu’assoiffé de la moindre clarté,

L’homme entrevoit du ciel l’atroce immensité

Il corrode son temps à pleurer sur lui-même…

 

Absurde de penser vaincre l’éternité,

Orgueilleux qu’as-tu fait de cette liberté

Que te lègue la vie en te disant je t’aime… ?

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : l'art de partager son art
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 mai 2009 6 09 /05 /Mai /2009 15:25

 

 


Le vent, ami du sable, ensevelit profond

Les ruines d’Eleusis, l’essence du félibre,

Condamnée à l’exil, solitaire mais libre,

Muse entre terre et marne où son cœur se morfond…

 

Servant d’un culte mort sous un terne plafond,

Alchimiste des mots, de son art, il calibre

La beauté de sa rime en quête d’équilibre,

L’oracle de ses vers décrypte le bas fond…

 

Sur le seuil de l’oubli l’aède de ses verbes

Enlumine le sens et, des laideurs acerbes

Autant que du sublime il se montre devin…

 

En disciple d’Orphée il bannit l’artifice,

D’un quatrain sans emphase il frôle le divin,

De son maître il comprend l’utile sacrifice…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Poétra
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 mai 2009 6 09 /05 /Mai /2009 15:23


La poésie est l’art de saisir d’une chose

L’intime et le furtif, c’est cette faculté

A sentir l’au-delà, ce qui sans vérité

Dévoile autant du beau, le clair que l’ecchymose…

 

Hors du temps, sous les mots, l’instant se décompose,

Impalpable, une voix ranime l’entité,

Cet autre Moi rêveur qui, dans la privauté,

Murmure et se révèle en secret sous ma prose…

 

Monte des profondeurs la fleur du sentiment,

L’illusoire s’éveille et brille au firmament,

L’occulte, incognito, dilate ma pupille…

 

Sur les rives de l’âge, assis contemplatif,

J’effleure du ruisseau le souffle primitif ;

Libre de s’envoler mon âme s’éparpille…

 

 

 

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Poétiquement vôtre !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 mai 2009 6 09 /05 /Mai /2009 15:22

 

Déjà l’horizon prend la couleur de la paille,

Lumineuse, l’aubade empourpre l’infini,

Une escadre d’oiseaux danse en catimini,

La surface du flot, d’une ride, tressaille…

 

Contemplatif, l’esprit peut bien faire ripaille

Et l’âme se nourrir de l’espace assaini,

Face à l’éternité s’imaginant banni,

Quand sonne l’angélus du soir le corps défaille…

 

Cannibale, la nuit grignote le géant,

A l’ineffable instant où du gouffre béant

S’entrouvre le cosmos survient la solitude…

 

Aux pieds des splendeurs, l’être entrevoit son tombeau,

Ecartant de la mort la vaste servitude,

De l’orgueil, il maudit l’illusoire flambeau…

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Trouvères et troubadours
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 9 mai 2009 6 09 /05 /Mai /2009 02:02

 

Si je t’offre ma rime enfantant ton ruisseau,

Je ne puis négliger la laideur et le sombre,

De mon orgueil bannir le funeste de l’ombre,

Je ne sais qu’adoucir mon ennui de ton eau…

 

Illusoire est le vœu de prétendre d’un sceau,

D’une clameur, d’un verbe éclairer la pénombre,

De l’infini vouloir apprivoiser le nombre,

De laisser sur le temps une empreinte en biseau…

 

Au-delà du renom, sa convoitise hautaine,

 De la vie aborder la sublime fontaine,

Respirer son poème au sommet de l’autel…

 

Si j’aspire au divin que le ciel me pardonne,

D’une quête de sens, face à lui, je me nomme :

« Je ne suis qu’un passant pitoyable et mortel… »

 

 

Par Philippe Lemoine - Publié dans : Poussière d'Oxygène - Communauté : Poétiquement vôtre !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés