Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 01:16

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 00:32

Dans les rues de Gérone, ils musent au hasard,

Étoile scintillante, effleures du regard,

Un geste de la main, un sourire, un je t’aime !

Amoureux, ces deux là n’ont rien d’autre que même…

 

Loin des bruits quotidiens, merveilleux voyageurs,

L’un à l’autre accolé, quelque part dans l’ailleurs, 

Ils portent avec eux un grand sac plein de rêves,

Un souffle de printemps musarde sur leurs lèvres…

 

Sans chaîne ni promesse, ils marchent enlacés,

Titubent enivrés des plus simples baisers,

Gazouillis de mots doux que l’on peut entendre,

Ils dessinent l’amour sur la carte du tendre…

 

Une porte cochère, un coin d’éternité

À l’abri des passants, en toute intimité,

D’une étreinte fougueuse, apprivoisant les ombres,

Ils désirent s’aimer oublieux des jours sombres…

 

Dans les rues de Gérone, ils musent au hasard,

Étoile scintillante, effleures du regard,

Un geste de la main, un sourire, un je t’aime !

Amoureux, ces deux là n’ont rien d’autre que même…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Les chemins de l'amour...
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 22:34

Sur le grand canapé, dans la lueur des flammes,
Prés de l’âtre le soir, ils sont là, simplement,
Corps entremêlés, nourrissant cœurs et âmes,
De chaleur et douceur, le tendre sentiment…

Dans la clarté des lampes à demi tamisées,
Il caresse son dos et son cou douloureux.
Bercée, elle s’endort sous ses mains apaisées,
Il veille sur son souffle et se sent bienheureux…

Sur un coussin, le chat, s’étire et ronronne.
Une bûche crépite, il la prend dans ses bras.
Tout contre lui blottie, elle bouge et frisonne,
Dans ses cheveux ses doigts s’enroulent, délicats…

Au creux de son sommeil, elle soupire encore
Et marmonne à mi-voix et lui, n’ose bouger
De peur de l’éveiller. Plus que tout il l’adore.
Il la trouve si belle et veut la protéger…

Ainsi passe la nuit, elle dort et lui rêve
Éveillé. Son amour effleure l’infini,
Il déborde palpable et s’épand sur la grève.
Face à elle, il se sent tendrement démuni…

Dehors le vent mugit, c’est la fin de l’automne,
Il fait froid. Dans le parc, les arbres dépouillés
Gémissent sous les coups de butoir. L’heure sonne,
Il t’écoute dormir, les yeux émerveillés…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Les chemins de l'amour...
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 05:23
Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's...

Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's album.

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine
commenter cet article
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 06:44

Au détour d’une rue,
Assis sur la marche du destin,
Au début d’un été,
Comme un souffle de vent
Dans le soleil rasant.
Parfum d’éternité,
Je revois cette femme de noir vêtue,
Cette inconnue marcher sur le trottoir.
Irréelle et légère,
D’une rare élégance,
Elle semblait flotter,
Doucement s'envoler.
Libellule, les ailes déployées,
Enluminant toutes choses,
Elle apprivoisait les humeurs du temps,
éveillait le rêve en mon cœur morose.
Abyssale émotion,
Sans l’avoir jamais vue,
Sublime impression de déjà la connaître.
Comme pris de vertige
L'âme transie, palpitante
Vers elle,
J’ai levé les yeux, émerveillé.
Sur les chemins pétrés
Depuis,
Magie du premier jour,
Elle ne m’a jamais quitté,
Je ne peux l’oublier…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Les chemins de l'amour...
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 09:49

Les papillons de nuit
Veillent, brûlent leurs ailes
Aux lampes des écrans.
À la croisée des mondes,
Sur les pages blanches restant à noircir,
Chacun d’eux dessine son rêve de lui-même.
L’un écoute les chants des sirènes,
L’autre décrypte les signes
Inscrits aux versos des tarots.
Les deux cherchent un visage
Ou encore un chemin
Sur le miroir de l’âme.

Les papillons de nuit
Veillent, brûlent leurs ailes
Certains voyagent dans les étoiles,
D’autres aux lueurs des fantasmes
Les ignorent…
Il en est qui attendent l’aube
Comme une délivrance
Et d’autres qui se perdent
Dans des infinis virtuels
Mais tous ont le cœur palpitant
À la pensée de renaître
Dans des ailleurs illusoires…

Les papillons de nuit
Veillent brûlent leurs ailes
Insatisfaits.
Ils ont peurs de ce qu’ils ont
Et voguent sur des mirages.
Ils ont peurs de ce qu’ils sont
Et s’enferment dans des cages.
D’aucun ne sait écouter le bruissement de vie
Et d’amour qui glissent sous leur porte,
Dans la trouble clarté des lampes artificielles,
Ils consument ce qu’ils aiment
Et tous ceux qui les aiment...

Tout n’est que rêve
Et l’être se déforme,
Cherche ce qu’il peut bien être
En oubliant ce qu’il est.
Il s’invente une vie
En biseautant les cartes
Et se renie un peu lui-même.
Les papillons de nuit
Ont les yeux plein de poussières.
Aveuglés par le songe,
ils laissent sur leurs pas
De douloureuses empreintes…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Vaincu par l'orage...
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 09:17

Interminable attente au chevet de l’amour,
Mon étoile, ma muse, ô ! Vénus, mon amante,
À ta lampe la nuit, mon âme se lamente,
Comme la lune est grise et monotone le jour…

Sur des quais désertés, je traîne ma douleur.
Une à une, je lis les pages du grand livre,
Rien ne vient alléger mon mal-être de vivre.
Tristes, les heures ont une même couleur…

Reclus dans cet exil pire que le trépas,
Loin de toi, de ton cœur, je perds ma raison d’être,
Je demeure transi le nez à la fenêtre
Et regarde passer ces trains où tu n’es pas…

De jour comme nuit, je fais le grand écart,
Le silence m’étripe et toujours me condamne.
Chaque jour un peu plus s’effiloche ma flamme.
Je soupèse ma vie et songe au grand départ…

Il me faut du chagrin adoucir les humeurs,
Comme l’on jette, à la mer, une bouteille, une épître,
D’un ongle dessiner un cœur sur une vitre
Embuée, apaiser les constantes clameurs…

Je m’accroche à l’espoir, ce mince fil de lin,
Pris par l’émotion, je sens que je déraille,
J’ai l’âme qui défaille et mon esprit m’assaille ;
J’ai perdu le sommeil, mon cœur est orphelin…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Les chemin de l'amour...
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 08:57

Friandises acidulées
Aux couleurs de l’arc-en-ciel,
Elle déguste les mots,
Se grise de musique,
Musarde entre les lignes,
Compose des intervalles
Où tout n’est que chant.
Son sourire au miroir
Dévoile des profondeurs d’âme,
Des lacs d’eaux claires
Où les oiseaux viennent boire.
Elle parle aux étoiles,
Cueille des embruns d’absolu
Qu’elle sème et cultive
En un jardin secret
Où la beauté du cœur
Avec douceur se pose.
Dans sa façon d’être tout est céleste,
Au bout de ses doigts des lucioles dansent,
La magie étincelle.
Aux souffles des chandelles,
Même le silence sur ses lèvres
Distille des arpèges de volupté…

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine - dans Les chemin de l'amour...
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 22:28
Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's...

Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's album.

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine
commenter cet article
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 08:00
Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's...

Philippe Lemoine shared Castor-photo en poèsie's album.

Partager cet article

Published by Philippe Lemoine
commenter cet article